Marges forcées

Publié le par Leussain

Jamais deux sans trois. C'est avec le plaisir qu'on se coule dans un lit bien chaud par frimas, ou dans la moiteur d'une jeune femme accorte en toutes saisons, que j'ai investi quelques heures de mon précieux temps pour dévorer... non, savourer en esthète, ce pavé d'Elen Brig Koridwen. Je te fais l'impasse sur la couverture qui fleure bon la romance mièvre et l'auteur fauché qui est allé piocher dans la banque d'images d'Amazon. Tu constates par toi-même, si tu n'as pas trop le cerveau en capilotade. Ah ! mais je dis "achtung" ! Oui, l'allemand ça fait beaucoup plus peur. Y a un côté rugueux qui arrache le palais de çui qui dit et les tympans de çui qu'écoute. Achtung ! donc : celles qui s'attendraient à du Harlequin sur mesure, à du Barbara Cartland, en seront pour leurs frais.

Marges forcées est un roman pour lecteurs exigeants, qui cherchent avant tout un style et qui n'aiment pas entrer dans un livre comme on enfile des charentaises (les chaussons, pas les natives du pays de la cagouille). Les auteurs, c'est comme les astéroïdes, il y en a beaucoup, mais peu impactent la surface de la planète, peu laissent des traces de leur passage. Je te l'accorde, la comparaison est foireuse. Mais t'as compris l'idée. En tant qu'auteur, je me suis gentiment fait asseoir et ai (hé !) pris une leçon magistrale d'écriture, tant la "technique" - que je hais ce mot - de l'auteure est impeccable, que les passages descriptifs sont fignolés et les dialogues ciselés. Peut-être est-elle parfois un peu trop prosaïque et pas assez viscérale, la môme Koridwen ; une agaçante démonstratrice, du genre "regardez ce que je sais faire !" - et l'ennui est qu'elle peut beaucoup.

Ce style flamboyant sert admirablement ce roman fleuve, genèse d'un autre roman, Zone franche, dont j'ai déjà parlé. Un vent de braise, épique, souffle sur cette histoire, cette saga exotique dont la majeure partie se déroule au Maroc, mais aussi en Israël et aux Etats-Unis. L'on découvre la rencontre guidée par le mektoub de Vic, jeune garçon débrouillard et rudoyé par l'existence, et une famille de pieds-noirs bons samaritains, et l'on suit l'itinéraire chaotique de ce personnage hors-normes sur près de 20 ans.

Disons-le sans ambages, Elen Brig Koridwen a brossé le portrait magistral d'un des personnages masculins les plus charismatiques et romantiques de la littérature moderne. Vincent Delabarre est un loup parmi les hommes, ou un vent, c'est selon, tour à tour chergui, sirocco, zéphyr ou foehn, libre est insaisissable, ce diable de garçon transformera n'importe quelle ménagère en serpillière après dégât des eaux. Qui aura lu Zone franche, saura que la relation privilégiée que ce loup soucieux de sa meute entretient avec la fille de ses bienfaiteurs, finira par se transformer en amour tumultueux. Ah ! j'en suisi presque transi d'émotion ! J'en viendrais à utiliser mes kleenex pour autre chose que m'essuyer la bite !...

Hélas, Marges forcées n'est pas exempt de défauts. Comme tant d'auteurs classiques dont celle-ci s'est sans doute nourri, EBK cède à son inclination à digresser, à dérouler du texte, certes joliment troussé, mais qui égare le lecteur. Le roman est ainsi sporadiquement traversé de longueurs - je pense à Eva et ses bourrins, par exemple. Certains personnages très intéressants, comme Maureen, le père de Vic ou Jason Kontz, font des promesses qu'ils ne tiennent pas. J'aurais voulu voir s'exercer bien plus fort la perversité de Kontz, par exemple. D'autres personnages, comme le transparent Ariel ou le reste de la Tribu, font carrément de la figuration.

Pourtant, une fois refermé (et faut foutrement forcer pour refermer une liseuse), ce roman laisse son empreinte dans l'esprit. L'empreinte au fer rouge que savent imprimer les grands livres.

Publié dans critique livre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gilles 09/02/2017 18:39

La couverture originale (qui, avouons-le franchement, ne donnait pas envie d'ouvrir le livre) a été modifiée sur Amazon - https://www.amazon.fr/MARGES-FORCÉES-Elen-Brig-KORIDWEN-ebook/dp/B01F0NH29I - peut-être grâce à la lecture de cet article ?

Fafa.dudu 09/08/2016 18:57

Sa manquent des femmes à poil dans ton livres. Sa serais bien d'en rajoutée!!?&

Elen Brig Koridwen 24/06/2016 11:54

PS : non, je ne suis pas nourrie d'auteurs classiques. Je les ai lus, comme tout le monde, mais ce qui m'a imprégnée, c'est la littérature du XXe siècle.

Elen Brig Koridwen 24/06/2016 11:52

Ouf ! Je ne sais que dire... à part que je n'ai aucune technique, chose froide et formaliste dont je ne me suis jamais souciée : j'écris très vite, sans fignoler le moins du monde, même si je repasse ensuite traquer les redites, les longueurs et les incohérences.
Pour ce qui est des digressions, puis-je souligner que tout dépend des lecteurs, et que les aventures d'Eva avec ses chevaux, qui indiffèrent aux uns, toucheront les autres.
Quant à Maureen, Louis et Jason, on les retrouvera si les lecteurs en redemandent, car ceci n'est qu'un premier tome. :-)
En tout cas, je suis... soufflée... par tant de compliments, surtout venant d'un auteur dont j'apprécie le talent. Que répondre, à part... merci !!!