Wattpad, le ravioli Zapetti de la littérature

Publié le par Leussain

Wattpad, le ravioli Zapetti de la littérature

Bangeourre.

Bourré le mou par deux trois mauvais génies, j'ai commis l'erreur de m'inscrire sur Wattpad. "Faut vivre avec ton temps, qu'y disaient les langues de pute. Anna Todd a percé grâce à Wattpad ! Il ne faut pas négliger cette plate-forme, ça peut être un bon tremplin."

Bon, moi, Anna Todd, je ne savais pas qui c'était, j'ai été obligé de faire marcher gougoule, la planète me dit pas merci... J'appris donc qu'Anna Todd était une de ces scribouillardes du dimanche trop moche pour avoir un vrai mec, qui avait écrit sur Wattpad une fan-fiction inspirée par le chanteur des One Direction (premier sic) ayant eu un tel succès qu'un éditeur pas exigeant sur la qualité lui avait mis le grappin dessus. Elle en a quand même vendu quelques millions de sa merde en boîte (deuxième sic).

Alors bon, c'est humain quoi, l'espoir fait vivre, j'ai déposé les trois premiers chapitres des Versets du Dernier Soupir sur Wattpad. Seulement une quinzaine de chapitres lus en trois semaines ! Pourtant elle claque non ma couverture ? Ah oui mais elle tranche un peu trop avec les couvertures des autres œuvres exposées. Pas de beau gosse avec tablette de chocolat apparente, ni de pouffes à gros nibes. Pas de titre en angliche... C'est que j'avais pas encore jeté un œil au reste de la production.

Ah ! C'est atroce pour un cerveau adulte ! Un fameux ramas de rédacs de quatrième !... Du dégueulis en prose ! Des fautes jusque dans les titres, oui, oui ! Si, je te dis ! Merde, qu'est-ce que je foutais là ? C'est de l'arrogance, tu crois, de pas vouloir mélanger ses serviettes aux torchons ? Oui ? Ah ! mais que c'est bon d'être un connard !

Je veux bien m'avouer en saine concurrence et émulation avec Didier Fédou, Bastien Pantalé, Nicolas Tison, Catherine Lang, Chris Loseus, toute la clique de galériens de l'autoédition, mais merde me retrouver coincé entre les maculatures de merdeux et morveuses qu'ont jamais rien lu d'autre qu'Hunger Games et 50 nuances de Gras ? La question qui se posait à moi était la suivante : est-ce que j'étais prêt à faire n'importe quoi, à claironner sur le web avec une plume dans le cul, pour me faire connaître ?

Certes non. Je continuerai à distiller le premier tome du Ténébriarque sur ce blog, et à pondre du texte dans l'indifférence générale, je continuerai à perpétuer le mythe de l'écrivain maudit qui se nourrit de cellulose pour ne pas crever. Et quand je ne banderai plus, quand je pisserai dans mes frocs en bavant d'aise, quand je ne reconnaîtrai plus les petits-enfants que je n'aurai jamais, je continuerai à écrire.

Publié dans autour de l'écriture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Monsieur C 09/03/2016 20:24

C'est amusant je pourrais me reconnaitre dans cette expérience de Wattdap, mais je suis un con, alors j'y retourne encore et je creuse, peut-être bien ma tombe